Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Hypnose

La vie de nombreuses personnes et perturbée par  de douleurs aïgues ou chroniques. La récurrence de la douleur leur donne l’impression, après un long parcours médical, que rien ne peux plus les aider à s’en défaire.

D’autres personnes se sentent impuissants de ne pouvoir aider leurs proches en souffrance.

En ma qualité de psychothérapeute par le rêve-éveillé et d’hypnothérapeute, je peux  guider un consultant en souffrance, à trouver un soulagement à ses douleurs aïgues ou chroniques qui le harcèlent.

Avec l’hypnose, le patient apprendra à gérer sa douleur en la transformant psychiquement pour la percevoir autrement.

Même si la douleur est une réalité physiologique, elle peut être influencée par l’inconscient, l’anxiété ou autres émotions.

L’hypnose est reconnue aujourd’hui par le milieu scientifique pour sa grande efficacité. Elle est utilisée dans les hôpitaux ou dans les cabinets dentaires, avant une intervention.

Les douleurs pouvant être gérées pas l’hypnose

  • Les douleurs dorsales et lombaires  aux origines diverses (mauvaises positions au travail ou à l’école, surmenage, surpoids,  périodes de stress, contractures…)
  • Les migraines (crises souvent engendrées par l’anxiété ou le stress)
  • Les douleurs musculaires 
  • La douleur dans le cou, générée par les tensions musculaires
  • La douleur des gencives liées aux tensions
  • Tous les chocs traumatiques ( blessures corporelles ou des membres)
  • Douleurs articulaires
  • Maux de ventre, d’estomac, des intestins ou du colon. Cette zone corporelle est particulièrement sensible au stress

Comment l’hypnose peut-elle atténuer la douleur ?

Lors du premier entretien, l’hypnothérapeute établit une anamnèse afin de bien comprendre la douleur, son origine, les moments exacts où elle survient, s’amenuise ou s’amplifie…

Nous savons que l’impact psychique, émotionnel ou environnemental influence la douleur.

Il est également demandé au consultant de décrire verbalement ou métaphoriquement sa douleur et ce qu’elle représente pour lui. Les réponses diffèrent : ce peut-être « comme un coup de couteau », « une boule de feu », « un étau » (en cas de migraine)… Ensuite le patient est mis sous hypnose ou état modifié de conscience avant que ne commence la phase thérapeutique.  

L’hypnothérapeute tient compte des descriptions métaphoriques énoncées par le patient pour adapter son discours hypnotique et juguler la douleur et en modifiant la forme. Ainsi un étau pourra être mentalement desserré, une douleur pourra fondre comme de la glace ou encore être empêchée par la fermeture des conduits de la douleur…

C’est le patient, lui-même qui sous hypnose et guidé par l’hypnothérapeute, intervient sur son mental pour modifier la douleur.

Nous travaillons également sur l’anxiété qui est un paramètre dont nous devons tenir compte puisqu’elle amplifie la douleur. Par exemple, ce facteur est évident pour les migraines qui apparaissent à la suite de contrariétés ou de trop fortes émotions.

L’objectif des séances d’hypnose est d’amener le consultant à un changement post-hypnotique. Il pourra évaluer la modification de la douleur sur une échelle de 1 à 10.

A la fin de la séance, le consultant revient en douceur dans la réalité du contexte thérapeutique, sur un décompte à rebours de l’hypnothérapeute. S’ensuit un échange sur les sensations vécues pendant la séance.

Plusieurs séances peuvent-être nécessaire dans le cas de douleurs chroniques.


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés