Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Librement vendue en pharmacie, les utilisateurs et souvent les jeunes n’ont pas conscience de l’effet addictif de ce produit.

La prise de codéine, présentée sous forme de sirop ou de comprimé, n’est pas sans danger. C’est un opiacé dérivé du pavot qui est parfois associé avec de la paracétamol. En première indication, elle est utilisée comme analgésique et antitussif, mais peut-être détournée de cet usage vers celui de la drogue et entraîner des addictions sévères. Son usage facile tend à réduire la douleur. Du fait de la fréquence de ce  trouble (migraine, douleurs chroniques), elle est très utilisée en  France.

Hélas, nombreux sont ceux qui en abusent, en cas de résistance de la douleur ou de sa recrudescence. Les effets secondaires, tels que l’euphorie aide à l’installation de la dépendance.

Définition de l’addiction :

L’addiction est une dépendance à un produit (tabac, drogues, alcool, cannabis, médicaments, nourriture) ou à un comportement (achats compulsifs, addiction au travail, comportements sexuels à risque, jeux d’argent). Malgré les effets nocifs de ces addictions sur la santé, sur l’environnement familiale ou relationnel, sur la stabilité financière, sur l’activité professionnelle, les dépendants (dont de nombreux adolescents), sont entrainés malgré eux et compulsivement vers des conduites addictives. Ils perdent alors leur liberté et répondent à ce qui devient un besoin.

Les racines de l’addiction sont liées à l’enfance et à l’histoire de la personne.

Quand peut-on parler d’addiction ?

  • Lorsque le produit, tel que la codéïne, continue à être pris malgré l’absence de douleur.
  • Dans le cas de multi-addictions. Selon les doses, l’effet de « planer », l’euphorie et le comportement addictif rappellent les effets de la drogue.
  • Un usage prolongé peut entrainer des dépendances surtout chez les personnes ayant, au préalable, souffert d’addictions à des médications ou autres dépendance comportementale. Des prises prolongées entrainent une tolérance qui oblige une augmentation des doses afin obtenir l’effet escompté.
  • En cas de sevrage, les effets secondaires (tremblement, diarrhées, symptômes de manque, irritabilité, troubles du sommeil) sont identiques au sevrage de toute autre addiction à un produit.
  • Les motivations premières sont la douleur, le stress, la pression de l’environnement.

Effets secondaires :

Les effets secondaires deviennent dangereux lorsque la codéine est mélangée à d’autres produits, tel que l’alcool. Ces mélanges peuvent entraîner des dépressions, des nausées, maux de tête…

Que faire ?

Consulter un psychothérapeute spécialisé est le bon geste à effectuer. C’est l’occasion pour le patient de réaliser sa dépendance, d’en évaluer les risques et d’assumer son problème afin de le combattre.

Une addiction peut se greffer sur un état dépressif, un traumatisme ou un problème psychologique.

En cas de multi-addictions, un travail de psychothérapie analytique permet de remonter aux sources de la pathologie, afin que le symptôme ne se déplace pas vers une autre dépendance.

C’est particulièrement important pour les adolescents.


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés