Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Infos de la semaine

Moréno  avait créé le psychodrame dans les années 1940.

Son but était de permettre aux participants de se révéler à eux-mêmes et aux autres. Son procédé qui visait la catharsis reposait sur l’improvisation et les changements de rôles. Cette méthode a eut un grand succès bien qu’elle ne tenait pas compte des  lois de la psychanalyse.

De formation psychanalytique et superviseur au GIREP (Groupe International du Reve Eveillé), j’anime depuis plus de vingt ans, des groupe de paroles- psychodrame en tenant compte de la dimension de l’imaginaire et des concepts psychanalytiques.

Pour encadrer ces groupes, nous sommes deux psychothérapeutes (l’une ayant la fonction de directrice de groupe et l’autre  d’observatrice).

L’observatrice note les principaux passages des jeux de groupes afin de pouvoir les élaborer après la séance alors que la directrice de groupe anime.

Il peut arriver que l’une d’entre nous, à des moments opportuns, participe à un jeu tout en restant vigilante à la scène qui se déroule. Nous pouvons soit « doubler » un participant, soit modifier l’ordre des rôles, soit stopper en jeu ou en proposer un autre dans la continuité du premier. 

Pourquoi participer à un groupe ?

L’appartenance  à un groupe est très enrichissante pour les participants qui ont des problèmes relationnels, émotionnels, de couple, de phobies ou TOC, d’affirmation de soi, le symptômes psychosomatiques…

En groupe, les participants ressentent un sentiment d’étayage car ils se sentent soutenus et reconnus. Ils se comparent aux autres, se positionnent, se reconnaissent ou se différencient, réussissant ainsi à se définir soi-même.

Le groupe, vécu  comme « une enveloppe » complète, sécurisante et omnipotente, rassure et renforce. Le sentiment de complétude est essentiel pour les personnes fragiles qui pourront ainsi restaurer leur image.

Les jeux de groupes fournissent un « espace transitionnel » dans lequel se projette à la fois le psychisme individuel et relationnel. C’est un espace d’illusion où se développe imaginaire, créativité et confidences.

Les jeux de psychodrame

Les jeux sont soit définis :

  • par le directeur du groupe (en fonction des échanges en début de séances de groupe)
  • les personnes désirantes de mettre en scène leur problématique
  • à partir d’idées émises par le groupe.
  • à partir de rêves-éveillés communs.

Une fois, les scénarios de jeux établis, chacun s’attribue des rôles (le leur ou celui d’un autre personnage, d’une chose ou d’une émotion)

Pendant les jeux, les participants ressentent le plaisir, la liberté et la sécurité suffisante pour pouvoir s’exprimer à la fois corporellement, émotionnellement et verbalement.  

Ils se projettent alors dans l’espace analytique représenté par la scène,  les problématiques ou les conflits internes qui les font souffrir, les fantasmes, les résistances, les angoisses identitaires, les mécanismes de défense, les passages à l’acte, les inhibitions...

La symbolisation

Par définition un traumatisme n’est pas symbolisable. Sa violence empêche l’assimilation et la représentation du vécu traumatique dont il ne reste que souffrance et sensations corporelles.

 Le psychodrame utilise ces émotions corporelles restantes et récurrentes pour permettre un travail d’élaboration. Par les jeux, les implications dans les rôles et les affects retrouvés,  les participants arrivent à se rapprocher au plus près du traumatisme, à le circonscrire et ainsi à avancer psychiquement. 

De même pour les maladies psychosomatiques où les personnes ne s’expriment que par les maux corporels, le psychodrame permet de nommer les conflits internes autrement que par des démangeaisons, des maux de ventre, des fibromyalgies ou les migraines….

De plus, la mise en jeu du corps supplée à l’excès de verbalisation au contraire à son défaut. Ainsi se libèrent les ressentis et  les émotions parfois longtemps retenues.

Après les jeux :

Suite aux jeux, vient le temps des échanges verbaux  avec les participants. Chacun exprime alors ce qu’il a ressenti pendant les jeux, repense aux scènes, élabore leur expérience, exprime ce qui a résonné eux par associations libres.

Comme dans une cure analytique se mêlent le passé et le présent, le conscient et l’inconscient, le dedans et le dehors. L’élaboration des expériences psychodramatiques aide chacun à saisir son mode de fonctionnement psychique pour mieux avancer dans sa vie.

Les thérapeutes sont vigilants aux transferts parallèles dans le groupe : les participants projettent dans les jeux, sur les personnes du groupes, la relation qu’ils avaient avec leurs objets parentaux.

Règles du groupe

Le groupe a lieu tous les quinze jours en alternance avec une séance de thérapie individuelle. Il est en effet nécessaire de reprendre individuellement ce qui s’est joué dans le groupe et d’approfondir les affects ou les associations faites pendant et après les jeux de psychodrame.

Chaque séance dure environ deux heures.

Ce sont des groupes fermés, c’est à dire que les participants sont toujours les mêmes. Certains peuvent arriver en cours d’année tant que le groupe n’atteint pas  8 personnes.

Il est demandé à chaque participant de se conformer à même règle de  confidentialité que pour les psychothérapeutes. Rien, en dehors du groupe ne doit être divulgué sur les participants, ni sur ce qui se passe durant les séances. La confiance est totale.

Les participants ne doivent pas donner leur nom de famille et peuvent s’approprier les prénoms qu’ils désirent.

Il est demandé aux participants de ne pas se rencontrer en dehors des groupes. Les séances restent ainsi thérapeutiques car les participants  ne sont confrontés à la réalité extérieure.

Il est recommandé de venir à l’heure afin de ne pas déranger le déroulement des séances.

Chacun doit être assidu au groupe qui existe au travers de ses participants.

Tout peut être dit ou joué mais il est important de respecter les autres et de ne pas les agresser directement. L’agressivité peut être joué dans les scènes de psychodrame.

Coût des séances

Chaque séance de deux heures vaut  65 euros.


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés