Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Infos de la semaine

Nombreux sont ceux et celles qui s’enlisent dans des relations amoureuses qui ne peuvent aboutir. L’élu de leur cœur est soi déjà engagé, l’amour n’est pas réciproque, il est loin, indécis, ce peut-être un proche de la famille, (beau-frère, ami du père ou de la mère).

Malgré l’interdit, ils s’accrochent désespérément sans vouloir ou sans pouvoir renoncer. Pourtant, ils souffrent.

Que représentent ces amours impossibles ?

Toutes les raisons sont invoquées : besoin d’amour, de tendresse, désir de donner, de protéger, une dépendance affective, la peur de blesser, des rêves romantiques, la souffrance dans l’amour, l’admiration pour la personne aimée…

Certaines histoires sont difficiles mais s’il y a réciprocité dans l’amour, une issue peut être possible.

Ainsi les amours contrariés car non acceptés par l’entourage pour des différences ethniques ou religieuses. Ce cas est différent car l’amour est réciproque même s’il est chargé d’obstacles dans sa réalisation. Certains arrivent à lutter au prix d’une force inouïe.

Ne vaut-il mieux pas renoncer ?

Comme Roméo et Juliette, certains ne renoncent pas et sont prêts à tout donner pour un amour impossible. Bercés par la littérature, les contes de fées, les films et les romans à l’eau de rose, ils s’imaginent que l’amour est plus fort que tout, même parfois plus fort que la mort. Ils ne peuvent entendre ou assimiler qu’il vaut mieux parfois renoncer que de souffrir ou s’autodétruire.

Ce qui maintient dans des histoires impossibles :

La dépendance affective :

l’être aimé est comme une drogue, un besoin incoercible. Il est impossible de se passer de l’autre sans développer une forte anxiété. Dans ce cas, les personnes souffrent d’un syndrome d’abandon. Leur besoin de l’autre leur donne l’illusion de compenser un manque originel. Ce n’est pourtant qu’un leurre car personne, ne peut compenser ce manque. 

Le besoin d’exister dans le regard de l’autre :

Le regard est le premier élément de séduction, ce qui est compréhensible car les personnes qui ont  vécues des carences affectives sont dans l’attente d’être remarquées. Elles ont besoin d’exister pour les autres, besoin de se rassurer sur le fait qu’elles comptent et sont acceptées. L’amour de l’autre rend beau. Pourtant, ce qui est recherché en l’autre, c’est soi-même.

L’idéalisation de la personne aimée :

Toutes les qualités lui sont reconnues. Comment y renoncer ? On est attiré par quelqu’un que l’on admire.

La peur inconsciente d’une trop grande intimité :

Choisir un amour inatteignable est une conduite d’évitement destinée à fuir la réalisation d’une vie en couple et son intimité.

Ce schéma peut sembler paradoxal car il est guidé par des conflits inconscients. Ce peut être la crainte de reproduire un schéma parental perturbé, de réitérer les erreurs de relations passées ou bien encore de céder à des peurs inconscientes. Un travail psychothérapique leur permettra de mieux comprendre leur comportement en levant des zones d’ombre et de vivre des relations amoureuses plus harmonieuse et moins douloureuses.

La peur de l’engagement :

S’investir dans une histoire à long terme remet en cause la liberté qui avait été acquise. C’est également l’engagement de renoncer aux autres histoires possibles, ce qui nécessite des deuils.

Que faire ?

La seule façon de remédier à ces histoires destructrices est de faire un travail intérieur pour arriver à élaborer les conflits qui sous-tendent ces choix, pour dépasser son immaturité affective et rechercher un équilibre personnel plus profond. C’est chercher en soi-même une possibilité de résilience, de force nécessaire pour vivre une relation amoureuse. Sinon, le risque est de s’attacher à des histoires impossibles,  à charger  l’autre de ses fantasmes et à établir des liens destructeurs


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés