Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Infos de la semaine

                                                                     «  L'amour c'est comme un élastique tendu par deux personnes, quand l'un part l'autre a mal. »

 

 

Même si la séparation d’un couple devient un acte socialement courant, il n’en reste pas moins qu’elle peut, individuellement, être vécue comme un drame.

La séparation oblige chacun à renoncer à un socle solide sur lequel il avait bâti sa vie. La nécessité de se reconstruire, de reprendre une indépendance financière, de gérer autrement son temps et sa vie, parfois de s’occuper seul d’enfants souvent perturbés par la séparation,  ne peut se faire que progressivement.

Faire le deuil d’une relation de couple :

Comme pour tout deuil, celui de la relation de couple se fait par étapes : c’est accepter la mort du couple. Ce processus est plus douloureux pour la personne qui subi la rupture car elle est atteint dans l’estime de soi et sa confiance en elle-même et souvent en les autres.

Pour certaines personnes, ce processus peut-être relativement rapide alors que pour d’autres, il peut durer plusieurs années.

  • Le choc, la sidération avec l’impression que tout son monde s’écroule. La souffrance est énorme et ne pense pas être dépassée. Elle peut s’accompagner de troubles psychosomatiques ou d’idées suicidaires, comme si la vie ne valait plus la peine d’être vécue.
  • Le sevrage : Tout comme avec une drogue, vous ressentez le manque et le besoin de l’autre. Vous souffrez.
  • Culpabilisation: Vous revisitez votre histoire et vous vous faites des reproches comme si vous portiez la responsabilité de la séparation. La colère est retournée contre vous et vous vous privez de toute autre marque d’affection.
  • La colère : Vous retrouvez la force de vous défendre et le courage de vous « en sortir ». Vous reprenez soin de vous. Vous ne portez plus le même regard sur le conjoint jusqu’à présent idéalisé. Vous acceptez la situation.
  • L’acceptation : Vous avez pris du recul par rapport à la situation et vous commencez à envisager un avenir. Vous reprenez espoir et vous sentez mieux.

Conséquences possibles d’une séparation ?

  • Se projeter dans une vie amoureuse, c’est l’imaginer à long terme sans penser à une séparation possible. Lorsque cela arrive, s’installent des sentiments d’échec, de désillusion, de déstabilisation et  de peur de l’inconnu.
  • Elle peut faire resurgir des éléments refoulés de son histoire de vie : angoisses d’abandon, régression, dévalorisation de soi, doutes, phobies….
  • Un équilibre à deux s’était créé, l’un s’appuyant sur l’autre. Perdre cette aide est très déstabilisant, et peut (selon les personnalités), se manifester sous formes de symptômes : dépression, phobies, sensations de vide, angoisses archaïques.
  • Le deuil est parfois si difficile à faire, qu’il est difficile de se projeter dans une autre relation, une autre vie.
  • L’espoir d’un retour reste présent, la personne n’arrive pas à se remettre de la rupture  et chaque refus renforce le déséquilibre et la désillusion. Elles sont prêtes à tout pour tenter un rapprochement, même parfois en utilisant le seul lien restant, c’est à dire les enfants.
  • En perdant leur conjoint, certains ont l’impression de ne pas pouvoir exister par eux-mêmes et évoquent des sensations d’incomplétude. C’est le cas, dans une relation narcissique (en miroir), où l’un vit au travers du regard de l’autre qui sert de modèle identificatoire.  Ce sont des couples fragiles qui se déstabilisent lorsque l’un des partenaires fléchi (par rapport à un deuil, un changement d’emploi, une naissance)...
  • Une séparation peut-être très conflictuelle et chargée de violence verbales ou physiques. Elle peut également générer des sentiments ambivalents comme l’amour et la haine.
  • Lorsque des personnalités fragiles se séparent, elles risquent une forte déstabilisation.
  • Il se pose bien-sûr le problème de la relation aux enfants qui doit être revue et acceptée de part et d’autre. L’idéal est de bien distinguer couple et parentalité pour éviter de transposer les problèmes de couple et les contentieux affectifs sur les enfants.

Indications thérapeutiques :

Les personnes en souffrance qui n’arrivent pas à assumer la rupture et à continuer à avancer dans leur vie, doivent consulter un psychothérapeute. Des séances de soutien l’aideront à dépasser cette période difficile et douloureuse.


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés