Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Infos de la semaine

Vécus traumatiques :

Certaines personnes ont au long de leur vie,  subi des traumatismes dont elles ont consciemment oublié l’origine. Malgré tout, elles en ont conservé des sentiments de peur, de terreur, d’abandon, d’impuissance, de douleur…

L’oubli du souvenir des traumatismes originels n’est qu’une couverture tendue par l’inconscient pour tenter de protéger la personne d’une violence et d’une trop grande détresse émotionnelle. Cependant les traces de ces évènements traumatiques qui ont touché soit l’intégrité physique, soit le  psychisme, soit ces deux versants de la victime laissent des empreintes indélébiles.

Symptômes :

En effet, malgré l’oubli et les perturbations secondaires décrites plus haut, s’ajoutent des symptômes parfois invalidants pour la victime.

Parmi ces symptômes, nous notons des troubles psychosomatiques, des troubles du sommeil, l’événement traumatique revécu d’une façon récurrentes et persistantes dans des cauchemars, stress et anxiété provoqués par des pensées intrusives, dépressions, ruminations, grande nervosité (hyper-vigilance), douleurs physiques et psychiques…

Nous notons également des phobies ou comportements d’évitement pour tenter de ne pas penser à l’évènement traumatique, d’éviter certains lieux qui pourraient rappeler un moment douloureux.

Un repli émotionnel peut se manifester et ainsi isoler la victime qui se sent incapable d’éprouver de la tendresse ou du désir sexuel.

Que faire pour se soulager d’un symptôme lié à un traumatisme ?

Pour se soulager d’un symptôme qui impact la vie et perturbe les comportements, plusieurs approches psychothérapiques sont possibles :

- la psychothérapie analytique apporte le soutien nécessaire pour vivre au mieux.

- la psychanalyse : aide à comprendre le sens du symptôme et aider à sa disparition. Une cure psychanalytique peut être longue et coûteuse.

-traitement pharmaco-thérapique (antidépresseurs, anxiolytiques) : peuvent atténuer l’angoisse sans soigner en profondeur.

- la thérapie de groupe par le psychodrame: permet de partager avec d’autres des expériences traumatiques communes, de décharger l’angoisse et le stress sous-jacent, de se sentir soutenu par le groupe. J’anime des séances de groupes de deux heures, tous les quinze jours.

- l’hypnose : A une efficacité aujourd’hui démontrée pour les symptômes post-traumatiques. C’est un outil puissant, rapide et naturel.

Action de l’hypnose:

Lors d’un traumatisme, s’effectue inconsciemment une dissociation entre le psychisme et l’événement vécu.

Le travail d’hypnose entraîne un état de conscience modifiée, une transe hypnotique qui permet à la victime de revivre cette dissociation traumatique pendant laquelle elle se perçoit à la fois actrice et spectatrice. Le corps est immobilisé mais le psychisme reste en éveil.

Remonter dans le temps de la vie du patient et retrouver certaines images ou sensations en lien avec l’événement traumatique permet à la victime de renouer avec une réalité oubliée. La séance se déroule sous l’attention constante et bienveillante de l’hypnothérapeute.

Ce retour à la dissociation hypnotique et le travail psychothérapique qui s’en suit aident à faire cesser la souffrance du patient, à lui permettre de se sentir libéré et de retrouver le désir d’avancer dans sa vie.

Il peut se renforcer psychiquement, retrouver la confiance en soi et faire à nouveau des projets. Sa vie est à nouveau axée sur le présent au lieu de rester fixée sur le passé.

Afin d’activer le processus de mieux-être, un chemin d’évolution vers une vie meilleure, il est parfois indispensable d’intégrer l’hypnose à la psychothérapie.


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés