Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Les groupes de psychodrame recommencent l’année prochaine, il est temps de s’inscrire !

Psychothérapeute de formation psychanalytique et superviseur au GIREP (Groupe International du Rêve-Eveillé en psychanalyse), j’anime depuis plus de vingt ans, des groupe de paroles-psychodrame en tenant compte de la dimension de l’imaginaire et des concepts psychanalytiques.

Pour animer ces groupes, nous sommes deux psychothérapeutes (l’une ayant la fonction de directrice de groupe et l’autre  d’observatrice).

L’observatrice note les principaux passages des jeux de groupes afin de pouvoir les élaborer après la séance alors que la directrice de groupe anime.

Il peut arriver que l’une d’entre nous, à des moments opportuns, participe à un jeu tout en restant vigilante à la scène qui se déroule. Nous pouvons soit « doubler » un participant, soit modifier l’ordre des rôles, soit stopper en jeu ou en proposer un autre dans la continuité du premier. 

POURQUOI DES GROUPES DE PSYCHODRAME ?

Les groupes de psychodrame offrent une approche nécessaire pour favoriser les changements de comportements négatifs ou névrotiques et aident à l’acquisition de la confiance en soi.

L’appartenance  à un groupe est très enrichissante pour les participants qui souffrent :

  • de problèmes relationnels,
  • de problèmes émotionnels, de couple,
  • des phobies ou des TOC,
  • de manque d’affirmation de soi,
  • de symptômes psychosomatiques (troubles de la peau, migraines, douleurs…

 

Ces groupes ont lieu tous les quinze jours afin d’assurer la possibilité d’élaborer le travail de groupe, en séances individuelle.

COMMENT FONCTIONNENT LES GROUPES DE PSYCHODRAME ?

Moréno, médecin américain et homme de théâtre a créé le psychodrame dans les années 1940.

Son but était de permettre aux participants de se révéler à eux-mêmes et aux autres. Son procédé visait la catharsis qui reposait sur l’improvisation et les changements de rôles.

Sa méthode a eut un grand succès bien qu’elle ne tenait pas compte des  lois de la psychanalyse.

Le groupe et les jeux de psychodrames permettent l’accès à l’inconscient, l’investigation des différentes constructions psychiques et la prise de conscience des interrelations. Chacun peut repérer ses mécanismes défensifs, son mode de fonctionnement mis en l’œuvre dans la relation aux autres participants. Ces liens sont mis en évidence et analysés pour aller vers le changement.

Par exemple, sont joués, les difficultés rencontrées par les personnes souffrant d’inhibition dans leur milieu familial, amical ou professionnel. Elles apprennent ainsi à mieux se connaître et à s’ouvrir vers un autre fonctionnement psychique et émotionnel pour améliorer leurs relations aux autres.

Dans les jeux de psychodrame: les émotions, les mots, le corps, l’instantanéité, les affects partagés avec le groupe, l’accès à l’imaginaire permet d’exister pour soi et au regard des autres.

En groupe, les participants ressentent un sentiment d’étayage ; ils se sentent soutenus et reconnus. Ils se comparent aux autres, se positionnent, se reconnaissent ou se différencient, réussissant ainsi à se définir soi-même.

Pendant les jeux, les participants ressentent le plaisir, la liberté et la sécurité suffisante pour pouvoir s’exprimer à la fois corporellement, émotionnellement et verbalement

Ils se projettent alors dans l’espace analytique représenté par la scène,  les problématiques ou les conflits internes qui les font souffrir, les fantasmes, les résistances, les angoisses identitaires, les mécanismes de défense, les passages à l’acte, les inhibitions...

Le groupe, vécu  comme « une enveloppe » sécurisante et omnipotente, rassure et renforce. Le sentiment de complétude est essentiel pour les personnes fragiles qui pourront ainsi restaurer leur image.

Un temps entre chaque jeu, permet les échanges entre thérapeutes et participants, la réflexion de chacun sur leurs émotions et leur place dans les jeux, ainsi qu’ un travail d’élaboration.

ACQUERIR UNE PLUS GRANDE CONFIANCE EN SOI

La confiance en soi intervient au quotidien et à tout moment dans la vie de chacun.

Que se soit en famille, avec son conjoint, ses enfants, ses collègues, son patron, il est nécessaire d’avoir suffisamment confiance en soi pour assumer ses relations aux autres et effectuer son travail.

La motivation nécessaire à l’avancée de chacun, ne peut exister sans confiance en soi. En effet, malgré les qualités, le savoir et le potentiel de chacun, les inhibitions freinent tout avancement. Souvent, de peur de mal faire et d’être en échec, il arrive que  l’on ne fasse rien. Paradoxalement, ne rien entreprendre anticipe l’échec.

Par exemple, il est possible de préparer un examen, une prise de paroles en public et d’être, le moment venu, submergé de stress, d’anxiété, de doute de soi, au point d’être dans  l’impossibilité de réussir à écrire ou à parler.

Le manque de confiance en soi est dû à l’histoire de chacun, ses blessures, son enfance, son environnement familial, scolaire, social… Dans l’enfance, les « mots » des parents ont énormément d’importance et restent gravés dans la mémoire, tout au long de la vie.

Le groupe de psychodrame met à jour les failles, le monde intérieur de chacun  pour mieux affronter et surmonter les différentes étapes de sa vie.

REGLES DU GROUPE

Le groupe a lieu tous les quinze jours en alternance avec une séance de thérapie individuelle. Il est en effet nécessaire de reprendre individuellement ce qui s’est joué dans le groupe et d’approfondir les affects ou les associations faites pendant et après les jeux de psychodrame.

 

Chaque séance dure environ deux heures.

 

Ce sont des groupes fermés, c’est à dire que les participants sont toujours les mêmes. Certains peuvent arriver en cours d’année tant que le groupe n’atteint pas  8 personnes.

Il est demandé à chaque participant de se conformer à même règle de  confidentialité que pour les psychothérapeutes. Rien, en dehors du groupe ne doit être divulgué sur les participants, ni sur ce qui se passe durant les séances. La confiance est totale.

Les participants ne doivent pas donner leur nom de famille et peuvent s’approprier les prénoms qu’ils désirent.

Il est demandé aux participants de ne pas se rencontrer en dehors des groupes. Les séances restent ainsi thérapeutiques car les participants  ne sont confrontés à la réalité extérieure.

Il est recommandé de venir à l’heure afin de ne pas déranger le déroulement des séances.

Chacun doit être assidu au groupe qui existe au travers de ses participants.

Tout peut être dit ou joué mais il est important de respecter les autres et de ne pas les agresser directement. L’agressivité peut être joué dans les scènes de psychodrame.


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés