Psychothérapeute, Psychanalyste, Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Infos de la semaine

Les psychothérapeutes sont souvent confrontés à l’expression du sentiment d’abandon chez leurs patients. Extrêmement répandu, l’abandonnisme dominé par l’angoisse l’abandon, provient de blessures d’enfance. Que ce sentiment soit basé sur des réalités d’abandons ou sur des peurs, les conséquences sont multiples et handicapantes pour certaines personnes. C’est l’une des causes principales du mal-être ou du mal de vivre. Les personnes qui en souffrent sont perturbées dans leurs relations aux autres ainsi que dans leur vie personnelle ou professionnelle.

Origines du sentiment d’abandon :

Dès sa naissance, un enfant ressent s’il a été désiré ou pas, s’il est aimé, en sécurité, rassuré, soigné, s’il a une place ou pas dans la famille, ce qu’il représente pour ses parents….

Les premières relations à la mère sont essentielles pour son développement psychique et pour assurer une base de sécurité dont il a besoin pour se sentir exister.

Plusieurs tableaux peuvent contribuer à créer un sentiment d’abandon:

  • Situation mal vécue par la mère au cours de la vie foetale
  • le père quitte la mère à l’annonce de la grossesse
  • père absent
  • mère débordée ou dépressive
  • séparation et abandon par l’un des deux parents
  • qu’un décès se produise au moment de la naissance.
  • qu’un enfant soit mal aimé, qu’il ne reçoive pas les soins et l’attention adaptés
  • qu’un enfant soit abusé, maltraité
  • qu’il soit un enfant de remplacement. C’est le cas, lorsqu’après la mort d’un enfant, un parent qui n’a pas fait le deuil, n’arrive pas à regarder l’enfant suivant dans sa réalité. Au travers de lui, transparait l’enfant mort.

Chez l’adulte :

  • Une rupture sentimentale peut créer ou réactiver ce sentiment déjà présent dans l’enfance.
  • Manifestations de jalousie
  • Relations conflictuelles

Tous ces incidents ou situations de séparation, même minimisés au moment de la naissance, sont des traumatismes qui peuvent insécuriser un enfant et l’adulte en devenir.

Nous ne sommes pas égaux devant ces situations, aussi les conséquences sont différentes en fonction des différentes structures psychiques ainsi que de l’environnement éducatif, culturel, religieux ou moral. Selon ces différents paramètres, soit ces conséquences s’atténuent (souvent lorsque les parents réalisent le ressenti de leur enfant et y pallient en tentant de les rassurer, d’en discuter avec eux ou par un suivi psychothérapique), soit au contraire elles se renforcent lorsque l’attention nécessaire ne leur est pas apporté.

Manifestions et conséquences du sentiment d’abandon :

  • Manque de confiance et d’affirmation de soi
  • Difficulté à prendre sa place
  • Angoisses, peurs d’être à nouveau abandonné
  • Crainte du rejet
  • Difficulté à s’engager dans une relation amoureuse
  • Demande constante de réassurance
  • Dépression
  • Isolement
  • Angoisses, anxiétés
  • Tristesse, souffrance
  • Parfois troubles alimentaires
  • Agressivité
  • Mal-être et mal de vivre
  • Dépendances affectives
  • Répétitions inconscientes de situations de rejets, de séparations
  • Hyperactivité
  • Victimisation

Comment se libérer de l’angoisse d’abandon pour se donner un sentiment d’existence?

La première solution est de consulter un psychothérapeute qui déterminera l’origine du sentiment d’abandon et dirigera son patient vers la méthodologie la plus adaptée.

Ce peut être un travail psychothérapique qui aidera à comprendre l’origine de la peur de l’abandon (pas toujours consciente), reprendre confiance en soi et dans les autres. Les relations sociales et affectives seront ainsi améliorées.

L’hypnose est également une excellente indication : elle peut aider à réconforter l’enfant intérieur, à gérer ses émotions et à se revaloriser.

Le psychodrame en groupe aide à partager avec d’autres sa peur du rejet et ses conséquences, à la jouer corporellement et à échanger avec les membres du groupe.


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés