Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik
Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

Evelyne Ridnik

ADELI: 75 93 08976

Blessures d’enfance et dépendance affective

La dépendance affective ou amoureuse, est le besoin existentiel d’être aimé. Ce besoin intense d’amour est en lien avec des blessures d’abandon vécues dans l’enfance, qui ensuite, sous forme de sentiment d’abandon, poursuivent les personnes tout au long de leur vie. Seul un travail de psychothérapie peut les aider.

Par sentiment d’abandon, nous entendons des enfants qui ont vécus des séparations (hospitalisations, un manque d’attention, maltraitances, des parents absents car trop investis dans leur travail, départ ou deuil d’un parent) qui ont influencé leur vie. Dans ces cas, les enfants se sent désinvestis d’amour, et ont l’impression de ne compter pour personne ou de ne pas être aimé.

Les blessures peuvent aller jusqu’à détruire psychiquement un enfant. Dans des familles hautement toxiques, les éléments pathologiques tentent de transférer sur leurs enfants, leur propre folie.

Ces blessures de l’enfance réapparaissent à tous les stades de la vie. Enfants, ils peuvent développer des angoisses de séparation et des phobies scolaires. Adolescents, ils ont besoin qu’on les regarde, qu’on leur montre qu’ils existent pour les autres et qu’on les aime. Pour cela ils sont prêts à adopter le rôle du sauveur ou du clown…

Cette addiction à l’amour de l’autre peut se manifester sous différentes formes :

  • Ils ont près à tout pour être aimés à tout prix… quitte à « s’accrocher » à l’être aimé pour ne pas être abandonné à nouveau. Ils ne se laissent souvent pas le temps de faire des choix amoureux positifs pour eux et s’investissent trop vite auprès de personnes, qui n’ont pas la possibilité de leur apporter l’amour tant attendu.
    De peur de ne pas trouver l’amour ils s’engouffrent parfois dans  des choix amoureux toxiques, qui les mènent à de nouvelles souffrances, car ils ne comblent pas leur vide affectif.
    Ainsi nous savons que ces personnes en souffrance affectives sont les principales victimes de pervers narcissiques, qui profitent de leur faiblesse et de leur manque d’estime d’elles-mêmes, pour les dévaloriser à leurs propres yeux et les soumettre à volonté. D’ailleurs les pervers savent que leurs proies sont prêtes à accepter toute maltraitance pour ne pas être quittées. Il suffit de leur faire croire à un moment qu’on les aime, pour qu’elles se laissent manipuler.
    Parmi les personnes confrontées à ces situations, se trouve de nombreuses femmes qui acceptent ces situations afin, en maintenant un foyer, de ne pas faire vivre à leurs enfants les mêmes manques affectifs, qu’elles ont subies elles-mêmes.
    Il nous faut signaler également, que souvent, les pervers narcissiques souffrent de blessures d’enfance identiques à celles de leurs victimes. Au sein de ces relations de couple toxiques, chacun essaie, à sa manière de compenser les blessures qui leur ont été affligées lorsqu’ils étaient enfants et de maintenir la relation à l’autre.

 

  • Parfois, lorsqu’ils trouvent l’amour, ils peuvent adopter des comportements paradoxaux (froid, désagréables), afin de s’éloigner de l’être aimé, de peur d’être comme l’enfant qu’ils étaient, abandonnés à nouveau. En fait, ils anticipent l’abandon qu’ils craignent tant.
    Ces comportements sont là pour leur nuire, alors qu’ils ont tant besoin d’amour pour réparer les carences de l’enfant intérieur en souffrance qu’ils portent en eux.

 

  • Certains encore multiplient les conquêtes, afin de ne jamais être abandonné.

Le sentiment d’abandon

Le sentiment d’abandon est courant dans une relation de couple. Il se manifeste par un sentiment d’insécurité et de part de l’une des personnes du couple, entrainant la peur de ne pas être aimé et d’être rejetée.

Nous sommes là plus dans le besoin d’être aimé que dans le désir et l’amour. C’est le besoin existentiel d’exister pour l’autre et au travers de l’autre. Les personnes souffrant du syndrome d’abandon sont constamment en quête de regard et de réassurance. Hélas, quoique fasse ou dise le conjoint, c’est toujours insuffisamment rassurant. Ces comportements sont souvent décourageants pour le partenaire qui souffre de ne pas satisfaire ces attentes impossibles.

Comment s’en sortir ?

Lorsqu’une personne comprend la toxicité de sa relation  de couple et la souffrance qui en découle, il est conseillé de consulter un psychothérapeute.

Ce dernier vous aidera à comprendre le schéma dans lequel vous êtes entré et l’origine de votre fonctionnement. Vous pourrez alors revisiter vos blessures d’enfance pour arriver à consoler et réparer l’enfant intérieur en souffrance, pour ne plus avoir à compenser ses manques.

Mettre en mots, auprès d’une spécialiste à l’écoute bienveillante, des moments destructeurs sur son vécu, aide à la résilience. 


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés

Doctolib Prendre rendez-vous en ligne