Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

Evelyne Ridnik

ADELI: 75 93 08976

Doctolib
Prendre rendez-vous en ligneCliquez ici

Dernièrement, une directrice d’école de Pantin, se donne la mort par accumulation de travail. Ce drame n’est hélas pas unique puisque nous le retrouvons également chez les soignants, les policiers… tous les corps de métier sont susceptible de souffrir d’épuisement professionnel avec dans les cas les plus graves, un risque suicidaire. Le suicide provoqué par le burn out est une réalité morbide dans le monde du travail.

Le burn out est hélas très fréquent et semble progresser (estimation de 200 000 à 600 000 en France, par an).

Qu’est ce que le burn out ou la souffrance au travail ?

L’épuisement ou burn out au travail arrive progressivement et insidieusement. Au début du burn out, la personne rentre le soir chez elle épuisée, avec une impression de dépersonnalisation, de vide intérieur, une sensation d’étouffement accompagnée des symptômes psychosomatiques comme le mal de dos. Elle présente des troubles du sommeil ou ses nuits sont chargées de cauchemars, ce qui nuit à toute possibilité de récupération.

Les symptômes sont divers :

  • une difficulté à se concentrer sur sa tâche,
  • des troubles de l’humeur,
  • hypersensibilité
  • tensions relationnelles
  • manque de concentration et perte de mémoire
  • une dépression qui risque de se chronisiser,
  • troubles de l’alimentation
  • des idées suicidaires…

Par manque de force du fait de sa fatigue intense, la personne ne se sent pas capable de récupérer ni d’affronter ses charges professionnelles.

Le stress, bien-sûr très utile pour réagir à un danger, l’envahi trop et la bloque dans ses résultats. Le stress devient chronique.

Comment s’installe le burn out ?

Le burn arrive lorsqu’une personne au travail est soumise à de grandes pressions psychologiques. A cela, s’ajoute des différences personnels, car certaines personnes sont plus sensibles au stress que d’autres.

La personne lutte pour travailler plus, mais souvent aucune reconnaissance n’accompagne l’effort fourni, ce qui la décourage.

Elle ressent qu’on lui impose un travail sans qu’elle puisse en décider et n’a aucun soutien de la part de ses collègues.  Elle ne peut s’en référer à personne et se sent abandonnée à elle-même. Cependant, il lui arrive de nier son surmenage et continue à s’acharner.

Parfois, le désir de trop bien faire, peut-être par manque de confiance en soi, mène à l’épuisement.

En dernière phase, l’on assiste à l’effondrement de la personne. Elle n’a plus aucune de soi, est emplie d’un sentiment d’inutilité et n’a plus la capacité de travailler (troubles de la concentration et de la motivation). Le burn out est autant physique que psychique sur un long terme.

Que faire ?

Un suivi psychologique est nécessaire en cas d’épuisement professionnel, d’un stress intense ou de troubles anxieux généralisés. La psychothérapie permet une relation d’aide et de soutien, ainsi qu’une possibilité d’identifier l’origine du stress, de l’épuisement ressenti, ainsi que la dimension de la souffrance. Sera également abordé la compréhension de l’implication excessive dans le travail, et la nécessité d’élargir le champ des centres d’intérêt et de l’environnement amical.

Un temps de repos est fortement recommandé même si c’est insuffisant pour traiter le burn out.

Des séances d’hypnose pourront être proposées pour traiter l’angoisse et le stress.

Le burn out s’explique en partie par des interactions toxiques induites dans le milieu professionnel. Un changement de  travail est conseillé, afin qu’il soit plus adapté et moins chargé de pression.


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés