Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

Evelyne Ridnik

ADELI: 75 93 08976

Doctolib
Prendre rendez-vous en ligneCliquez ici

Evelyne Ridnik  Co-auteure de « Ados accros, parents à cran » édité chez L’Archipel.

Alors que durant l’année scolaire, il reste encore possible de gérer le temps que les ados passent sur les écrans, du fait de la durée des cours et des devoirs du soir, autant c’est difficile pendant les vacances. A cette période, où les activités devraient être collectives, certains parents exaspérés, n’arrivent plus à contrôler leurs enfants ni le temps qu’ils passent sur leurs jeux numériques. Dès le matin, la lutte commence pour éviter que les jeunes ne viennent déjeuner avec leur téléphone.  La communication avec eux est impossible, car ils ne sont plus dans la réalité familiale mais dans leur monde virtuel.

 

Que faire ? Certains parents se déchargent de leur rôle d’encadrement et gagnent en tranquillité en laissant leurs enfants abuser de leurs jeux, d’autres cèdent pour éviter les inévitables conflits, alors que d’autres encore, démunis, s’affrontent avec eux d’une façon souvent trop violente.

 

Tous les parents, aujourd’hui, savent que le temps passé dans le virtuel doit être cadré, mais beaucoup se sentent impuissants face à l’acharnement de leurs adolescents.

Comment et quand apprend t-on aux enfants les règles à suivre et le respect des limites ?

Le respect des limites s’apprend très tôt, dès deux ans, car les enfants ont besoin d’être cadrés pour se construire. Par l’éducation, les différentes lois familiales s’intègrent progressivement dans l’esprit des enfants. Il suffit sans imposer les règles, de leur faire entendre qu’il est normal d’obéir. Ce peut être difficile pour certains parents de mettre des limites à leurs enfants, car ils ont l’impression de les faire souffrir. Rassurons les : apprendre les limites à ses enfants, c’est les protéger de l’illusion de posséder tous les pouvoirs, de pouvoir obtenir tout ce qu’ils désirent, de devenir des enfants rois.

 

Les adultes savent que dans la vie, on ne peut pas tout avoir, qu’il faut faire des choix, qu’il faut savoir renoncer pour ne pas être dans une constante frustration. Alors autant l’expliquer aux enfants très tôt, en insistant bien sur le fait qu’un refus n’est pas un manque d’amour. C’est une préparation à la réalité de ce que réserve la vie : on ne peut pas tout faire et on ne peut pas tout avoir ! Un enfant a besoin d’une éducation pour grandir et évoluer dans sa vie. C’est le reflet de l’amour de ses parents.

Laisser ses jeunes, adopter des conduites transgressives, ne pourrait que leur porter préjudice et rejets, sur le plan familial, amical, amoureux et social.

Apprendre les interdits à ses enfants :

Nous pouvons commencer par les interdits universels et incontournables, comme le tabou de l’inceste. Un enfant ne pourra être le mari ou la femme du parent de sexe opposé. Il est évident que pour que ces interdits soient intégrés, les parents doivent adapter leurs comportements aux propos énoncés. Donc, ils ne prennent pas leurs enfants dans leur lit, respectent leur intimité, n’entrent pas dans leur chambre ou la salle de bain sans frapper...

Il est essentiel de respecter les enfants et leur place dans la famille, tout en leur imposant de respecter l’intimité des autres. Par exemple, on ne tape pas sur un autre enfant, on ne prend pas ce qui leur appartient, on n’impose pas sa force avec des plus petits…

L’apprentissage des droits de chacun, se fait par l’exemple donné par les parents. Il est important que ces derniers parlent de leurs propres limites, de ce qu’ils peuvent faire et de ce qui leur est interdit de faire pour ne pas nuire aux autres et ne pas être confronté à la loi.

Quelles lois pour les écrans :

Si vous avez appris les limites à vos enfants, ils devraient accepter celles concernant les écrans, même si elles engendrent des frustrations et quelques oppositions.  Vous devez savoir que si vous ne les en protégé pas, ils peuvent vite devenir obsédés par les écrans numériques et de futurs dépendants.

Nos conseils :

  • Poser des règles sur le temps passé sur les écrans est indispensables, si l’on veut éviter que ses enfants deviennent dépendants, une fois devenus adultes. Au début de l’adolescence, vers douze ans, il peut leur être accordé de jouer pendant une demi-heure ou trois quart d’heure. Une augmentation du temps pourra se faire progressivement en fonction de l’âge. Il est raisonnable de pouvoir jouer pendant une heure et demie, mais pas le soir si l’on veut protéger la santé et la scolarité de ses adolescents.
     
  • Les appareils numériques doivent être hors des chambres la nuit. Trop de personnes viennent consulter car leurs enfants sont totalement décalés : ils jouent la nuit et n’arrivent à se lever le matin… Mais bien sûr, là encore les parents doivent montrer l’exemple en éteignant tout appareils le soir et en profitant de leur vie familiale.
     
  • Les parents peuvent partager avec leurs enfants, les jeux qu’ils suivent sur leurs écrans. C’est une façon de communiquer avec eux, de participer à l’élaboration de leur imaginaire et à les maintenir dans la réalité. Il est également possible de leur apprendre à concevoir des programmes.

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés