Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

Infos de la semaine !

La perversion narcissique est devenue un sujet très développé depuis les années 1980, surtout suite aux écrits du psychiatre, psychanalyste
Paul Récamier « les perversions narcissiques ». Nombreus...

Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9
Evelyne Ridnik

Covid, couvre-feu, stress, ennui, repli social… dépression.


En France, comme dans le monde entier, les effets de la pandémie sur la santé mentale se font ressentir. Chacun est perturbé par les modifications apportées à sa vie : rupture avec la famille, les amis, le monde du travail, plus de sorties, plus de loisirs… Sortir de ses habitudes de vie, perdre ses repères peut générer du stress, de d’anxiété, un repli social, des signes de dépression et même des tentatives de suicide chez les plus fragiles.

Parmi ceux qui ont été atteints par la maladie, vécu l’hospitalisation, parfois la réanimation, certains ressentent dans l’après-coup, des troubles post-traumatiques. En conséquence, ils revivent les peurs existentielles qu’ils ont subi et gardent des troubles du sommeil avec des nuits hantées de cauchemars. D’après une étude chinoise, 76% des malades ont encore des symptômes psychiques six mois après la maladie : fatigue, stress, dépression…

Parmi les personnes qui n’ont pas été malades, surviennent tout de même des perturbations psychologiques :  troubles du sommeil, troubles alimentaires, crises d’angoisse, de panique, stress et dépressions. Ils souffrent de l’isolement, ont peur pour leurs proches et pour eux-mêmes.

 

Le contexte actuel créait un mal-être psychologique et physique dans toutes les tranches de la population. L’annulation des cours, le couvre-feu, le travail à domicile sont insupportables pour certains.

Covid, couvre feu et psychanalyse

Les jeunes :

Ainsi, les jeunes développent des réactions anxieuses : stress, troubles du sommeil, addictions aux jeux vidéo, à l’alcool et au tabac, troubles alimentaires, apathie, agressivité, troubles obsessionnels compulsifs, dépressions et même tentatives de suicides. Ces derniers souffrent d’être dans un repli social, coupés de leur famille, de leurs cours, de leurs sorties entre amis.  De ne plus trouver les emplois qui les aidaient à vivre sont introuvables aujourd’hui. Ils sont dans un isolement à la fois social et précaire.

Troubles anxieux, état de stress et dépressions :

La santé mentale des jeunes est perturbée par la crise sanitaire actuelle. Isolés de leur famille et de leurs amis, ils ressentent des troubles anxieux généralisés et des troubles dépressifs, plus ou moins sévères. Ils ont peur de l’avenir, des autres, de la maladie pour leurs parents et grands-parents et se sentent privés de la liberté et de la vie qu’ils devraient vivre normalement : cours, travail, sorties, copains, nouvelles rencontres.

Le stress et l’anxiété sont des réponses à cette situation anormale.

Les parents :

Quant aux parents, ils souffrent d’être en télétravail. Ils se retrouvent quotidiennement enfermés chez eux, avec leur conjoint(e) à tenter de travailler malgré le fait parfois, de devoir s’occuper de petits enfants. Ils ne voient plus leurs amis, ni leurs collègues, ne peuvent plus aller à la salle de sport, sont coupés de tout loisirs et de lieux culturelles. A cela, s’ajoute parfois la culpabilité (irrationnelles), de ne pas pouvoir visiter ou s’occuper des plus anciens. Soumis à une pression quotidienne, ils risquent de perdre leur sang-froid, de s’énerver, de se déprimer. Cette situation d’enfermement provoque une recrudescence de maltraitance envers les enfants ou dans le couple.

Les personnes âgées :

Les personnes âgées se savent plus fragiles que les autres face au Covid. Ce sont les personnes qui décèdent le plus lors de complications du Covid. Aussi, elles s’isolent, sont contacts avec leur famille et doivent s’adapter à cette nouvelle situation. Spitz, psychanalyste américain des années 40 décrivit les dépressions entrainées par le repli sur soi et les manques de contacts affectifs. L’espérance de vie des personnes âgées sont très corrélées à la qualité et la quantité de liens sociaux. Nous comprenons donc l’impact du confinement et du contexte anxiogène sur nos ainés. Déchargés de toute responsabilités professionnelles et éducatives, il est essentiel de leur offrir une écoute, de rétablir une communication bienveillante, ne serait-ce que par vidéo-conférence.

 

Afin de lutter contre tous ces risques, il est conseillé de s’adapter au mieux en créant des moments de partage (cuisine, jeux de société, liens amicaux et familiaux à distance). Bien entendu, cuisiner pour mieux manger en faisant attention de ne pas provoquer de prise de poids.

 

Cette période est également l’occasion, pour tous, de se recentrer sur des plaisirs personnels, auparavant très souvent reportés par manque de temps (lecture, musique, peinture…). Se réinventer permet de lutter contre l’ennui et l’isolement.

Il est nécessaire également de lire des articles scientifiques afin d’être informé, d’apprendre à se protéger et de prendre soin de soi. Par contre, écouter les informations en boucle ne peut que renforcer l’anxiété.

Un soutien nécessaire :

Les manifestations possibles du stress et de l’anxiété, peuvent être physiques ou psychiques.

Nous relevons des troubles psychosomatiques (migraines, troubles du sommeil, de l’appétit et de la concentration), psychologiques (perte de confiance en soi, repli sur soi, inquiétude liée au virus, découragement, colère…

 

Consulter un psychothérapeute est un soutien nécessaire pour beaucoup, dans cette période très solitaire. Le fait d’être accompagné permet de communiquer sur la détresse et les symptômes qu’elle entraine. Cette démarche est bien-sûr thérapeutique car elle permet de poser des mots sur la détresse et l’angoisse mais peut également éviter les symptômes post-traumatiques qui pourraient apparaître chez certains, dans l’après crise. Dans la plupart des cas, les symptômes évoqués plus haut, sont une réponse à la situation actuelle et pourront s’atténuer au retour de la situation normale, cependant ils risquent de se maintenir chez les sujets plus fragiles dont la santé mentale a été ébranlée par la crise. En parler avec un professionnel permet de relativiser la situation, de la percevoir avec plus de recul et d’en être moins atteint.


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Site web clé en main

Connexion

Doctolib Prendre rendez-vous en ligne