Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

Dernièrement, une directrice d’école de Pantin, se donne la mort par accumulation de travail. Ce drame n’est hélas pas unique puisque nous le retrouvons également chez les soignants, les policiers…...

Evelyne Ridnik

ADELI: 75 93 08976

Doctolib
Prendre rendez-vous en ligneCliquez ici

« Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite »
Henri Ford

Pour certains patients qui souffrent de phobies sociales, d’inhibition, qui ont besoin de partager leurs expériences avec d’autres ou qui ont la sensation de « piétiner » dans leur thérapie individuelle, les groupes de psychodrame sont une expérience très enrichissante.

Nous savons également que certains passages de la vie, (une séparation, un deuil, un licenciement, un déménagement) fragilisent une personne, qui pour continuer à avancer malgré la tristesse et les tourmentes, doit se reconstruire et s’approprier des changements.

Depuis une vingtaine d’année, en ma qualité de psychothérapeute, psychanalyste et didacticienne, j’anime avec l’aide d’une psychologue observatrice, des petits groupes de thérapie par le psychodrame.

Nous choisissons de centrer notre travail sur des petits groupes (six à huit personnes maximum), afin d’ aider les personnes en souffrance ou en difficulté à se décentrer de leurs problèmes ou du  déni de leurs problèmes, pour s’impliquer dans une relation thérapeutique. Le déni est un mécanisme de défense mis en place par l’inconscient de la personne, pour se protéger d’ une situation inacceptable. Cette fonction, souhaitable lorsque la personne est trop fragile pour assumer ses problèmes, n’ôte cependant pas la réalité des souffrances dont les conséquences ne sont que reportées.

L’INTERET D’UNE THERAPIE DE GROUPE

Le fait de se retrouver au sein d’un groupe génère une dynamique qui permet d’accélérer le travail d’élaboration psychique.

Nous offrons :

- Un lieu thérapeutique permettant la libre expression des émotions dans les jeux de psychodrame et les associations verbales qui s’ensuivent.  

- Le partage de trop-pleins douloureux avec les autres participants allège pour chacun, le poids envahissant de la souffrance, ce qui évite des passages à l’acte ou des conduites à risque.

- Le groupe représente une peau solide qui renforce la fragilité et le psychisme de ses participants.

- Le groupe est un soutien.

- Retrouver chez les autres une même souffrance peut être rassurant, car ce constat dédramatise une situation donnée et les affects qui y sont associés.

LES JEUX DE PSYCHODRAME

- Les jeux de psychodrames définis par le groupe, permettent l’accès à l’inconscient, l’investigation des différentes constructions psychiques et la prise de conscience des interrelations. Dans les jeux de psychodrame: les émotions, les mots, les maux du corps, l’instantanéité, les affects partagés avec le groupe, l’accès à l’imaginaire permet d’exister pour soi et au regard des autres.

Le corps à une mémoire que le psychisme a enfoui et qui se retrouve au travers des    jeux de psychodrame.

- Les rôles endossés permettent à chacun de repérer ses mécanismes défensifs,   son mode de fonctionnement mis en l’œuvre dans les liens aux autres participants. Certains traits du rôle endossé peuvent être ressentis personnellement. Le participant pourra jouer et rejouer sous d’autres formes des scènes afin de ressentir, de se transformer et d’adopter de nouveaux comportements. Les groupes permettent de  trouver son vrai Moi et d’entendre ses désirs.

- Jouer ensemble apprend à faire confiance aux autres.

 - Comme dans la thérapie individuelle où tout peut-être dit, tout peut être joué en psychodrame : les difficultés rencontrées par les personnes souffrant d’inhibition dans le milieu familial, amical ou professionnel. Les participants apprennent à mieux se connaître et à s’ouvrir vers un autre fonctionnement psychique et émotionnel pour évoluer autrement et améliorer leurs relations aux autres.

 Un temps entre chaque jeu permet les échanges entre thérapeutes et participants, la réflexion et un travail d’élaboration. Ces échanges verbaux contribuent à l’interprétation des émotions ressenties.

LE ROLE DES THERAPEUTES :

Les thérapeutes crées le cadre des séances et en sont les repères.

Elles orientent vers des jeux adaptés aux problématiques des participants du groupe. En fonction du contenu des scènes, des émotions, des mots, des temps de latence, les psychothérapeutes proposent de nouveaux jeux ou bien des inversions de rôles.  Ce sont ces successions de jeux qui mènent à l’interprétation.


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés