Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Inventé par le psychosociologue Jacob Moréno et mis au point aux Etats Unis dans les années 30, le psychodrame est une démarche thérapeutique aux vertus cathartiques. En complément des thérapies analytiques verbales, la mise en place de jeux psychodramatiques, permet de lever des résistances bloquantes dans une analyse, de dédramatiser des situations de conflits, de sortir de malaises face à une crise, ou de ne plus se sentir seul face à une situation d’impuissance ou de vécus douloureux. Dans ces cas et d’autres non cités, un accompagnement de groupe est nécessaire.

COMMENT SE DEROULENT LES SEANCES DE PSYCHODRAME ?

L’originalité du psychodrame est l’organisation par le groupe, de jeux permettant aux patients, debout face aux autres, de mettre en scène, dans une totale liberté corporelle, les conflits non résolus ou une expérience douloureuse, dont ils n’arrivent pas se défaire. Ces jeux permettent l’expression des émotions ressenties ainsi que la mise à jour de la mémoire du corps.

Les séances sont animées par deux psychothérapeutes, dont l’une est meneuse de jeux et l’autre observatrice.

La séance débute par l’évocation de ce que chacun recherche dans la séance. Nos groupes sont fermés (toujours les mêmes personnes), et ne comprennent au maximum que 7 à 8 personnes.

Le protagoniste se désigne, ou bien est choisi par les autres membres du groupe, afin d’intégrer une situation qui les touche.  Ce dernier propose alors des rôles qu’ils souhaitent intégrer au scénario imaginé. La construction imaginaire se présente comme un processus dynamique qui aide chacun à évoluer.

Le meneur de jeux, explique au groupe qu’il est possible à chacun d’entrer dans le jeu en « doublant » les personnes choisies. Tout peut être dit et joué. Ainsi, les émotions, les peurs, les désirs, les sentiments entrent en scène, souvent accompagnés de rires ou de pleurs. Le meneur de jeux peut, en fonction de ce qui se déroule dans la scène, proposer des inversions de rôle ou des doublages. Il interrompt le jeu au moment qui lui semble le plus approprié.

Un second temps est prévu pour la mise en mots des ressentis, des constats, des projections  et des résonnances en lien avec la scène. Cette partie aide à l’élaboration psychique de ce qui s’est déroulé et de ce que chacun a ressenti.

Ces jeux permettent la levée du refoulé et la possibilité pour les intervenants de déployer toutes leurs ressources.

La multiplicité des intervenants, leurs histoires toujours différentes, ainsi que des similarités font du psychodrame un instrument de travail extrêmement intéressant.

Les séances durent deux heures et ont lieu tous les quinze jours.


Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés