Psychothérapeute, Psychanalyste,
Hypnose à Paris 9

Infos de la semaine !

L’hypnose de plus en plus demandée aujourd’hui,  reste cependant mystérieuse pour de nombreuses personnes. L’hypnose, méthode naturelle accessible par tous, est une aide aujourd’hui reconnu dans le...

Evelyne Ridnik

N° Adeli : 75 93 08976

Infos de la semaine

INTERVENTION AU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES

Cycle des Hautes Etudes pour le Développement Economique (CHEDE)

Depuis les années 80, le numérique et le monde virtuel font partie de notre environnement culturel et de celui de nos jeunes.

Les outils numériques ont des avantages indéniables pour l’éducation nationale, les domaines professionnels, médicaux, c’est une aide incontournable mais chez certains et surtout chez les adolescents, il peut y avoir des dérives.

Ainsi l’exemple de l’addiction aux jeux vidéo.

 

La révolution numérique a profondément bouleversé nos pratiques sociales, notre quotidien et l’objectif d’implanter des tablettes tactiles dans les établissements scolaires soulèvent des questions :

Développée pour faciliter les échanges d’informations, le numérique  apparait comme l’outil qui permettrait l’accès de chacun à la connaissance, sans barrières spatiales, ni temporelles. Ces nouvelles technologies ont-elles vocation à remplacer ou à compléter les méthodes d’enseignement classiques et quelles pourraient en être les dérives et les conséquences psycho-affectives pour les jeunes ?

 

Vous savez que paradoxalement, les cadres de la Silicon valley où naissent les tendances de demain et les innovations qui bouleversent notre quotidien, préfèrent inscrire leurs enfants dans des écoles où les nouvelles technologies ne sont diffusées qu’à petite doses.

 

Sans nier les avantages du numérique, tels que :

  • L’agilité mentale
  • amélioration des connaissances informatiques, indispensables aujourd’hui
  • l’allègement des cartables et la baisse des risques de scoliose
  • une motivation qui peut être accrue
  • De nouvelles possibilités pour des élèves en situation de handicap
  • la possibilité de travailler à son rythme
  • l’accès à une information riche de toutes les matières comprise dans le programme scolaire
  • développement des échanges entre pairs et entre l’enseignant et ses élèves…

 

Malgré tous ces avantages, les dérives existent :

L’IMPACT DES ECRANS SUR LES ENFANTS et LES RISQUES DE DEPENDANCE:

  • Des études faites en psychologie du développement démontrent que dès le plus jeune âges, les enfants  sont attirés par la perception des visages, des formes, des couleurs, des mouvements… Il sont fascinés par les écrans et ont du mal à s’en détacher.
  • Pour les touts petits (avant 3 ans) : les écrans ne peuvent-être qu’un handicap à son développement. Pour bien appréhender les trois dimensions spatiales, un enfant est dans la nécessité de toucher l’objet, de la sentir, de le porter à sa bouche, d’en sentir le goût, le poids, le mouvement et de ressentir la sensibilité à ses propres mouvements en le projetant pour le reprendre ensuite.
  • Privés de ces sensations kinesthésiques, les petits limitent leur perception de l’objet à la vision, ce qui est insuffisant.
  • Jusqu’à 6 ans : l’enfant à besoin de découvrir ses possibilités manuelles et sensorielles en assemblant, construisant des objets en touchant chaque pièce. Les jouets sont très adaptés aux besoins des enfants pour leur développement cognitifs, relationnel, pour la conscience de soi et le langage.
  • Pour les pré-adolescents et les adolescents : on ne peut les empêcher d’utiliser les écrans, ne serait-ce que pour ne pas les mettre à l’écart de leur groupe de pairs.

L’adolescence est une période transitoire entre l’enfant et l’adulte qui s’accompagne de nombreux changements: transformations physiques, psychologiques, émotionnelles, sexuelles…

L’adolescent en passe de devenir un adulte est confronté à un conflits intrapsychiques : il se sent entre le besoin de quitter sa famille pour devenir autonome et la peur de les quitter. Ces conflits peuvent s’exprimer d’une façon paradoxale, comme une dépendance aux écrans, il s’accroche à cet objet externe, au moment ou devrait se produire cette séparation.

C’est une forme de béquille qui l’aidera à franchir le pas vers une autonomisation. Nous savons que beaucoup d’adolescent refusent de devenir adultes, d’où les TS, les scarifications…

 

Nous voyons donc que les changements somatiques et pychiques de la puberté peuvent fragiliser les jeunes, à cette période où ils cherchent à se construire narcissiquement, à se connaître et à s’affirmer dans une voie entre l’autonomie et la dépendance.

 

Même si l’adolescence n’est pas forcément un passage problématique, c’est une période qui peut être propice aux transgressions et il peut être difficile de les contraindre à une discipline par rapport aux écrans.

 

Les jeunes ont besoin pour leur équilibre psychique de respecter une autorité qui ne soit pas défaillante, et ce sans créer de rapports de force.

 

Ceci est d’autant plus difficile, qu’au travers des tablettes numériques, les jeunes acquièrent une certaines puissance car ils connaissent et maitrisent bien mieux internet que leurs parents. Cette différence générationnelle renforce les tensions entre jeunes et parents.

 

Même si les addictions pathologiques restent rares, et je préfèrerait le terme de dépendances, elles peuvent exister et nous constatons qu’elle touchent davantage les garçons que les filles.

 

 

Autre conséquence :

Les écrans les isolent : qu’ils soient petits ou plus grands, , il est inquiétant de constater que face aux écrans, ils se coupent du relationnel qu’il soit familial ou social. Ils ne nous regardent pas, ne répondent pas lorsque nous les interpellons, ne cherche pas à communiquer, ils refusent de faire autre chose… ils sont centrés sur les écrans et présentent des troubles de l’attention relationnelle.

Les écrans peuvent provoquer des troubles de l’attention et de la concentration : Notre cerveau se modifie en fonction de nos activités. Passer d’une fenêtre à l’autre, empêche une lecture en profondeur, une lecture linéaire à la différence avec des livres de papier. IL est plus difficile sur écran d’avoir une lecture statique, longue et attentive.

Des scientifiques. Ceux du Laboratoire des usages en technologies d’information numérique, dit « Lutin » (qui regroupe notamment les universités Paris VIII, Paris VI et l’UTC de Compiègne)  le confirment.

La dépendance aux écrans dépend du contexte familial :

Dans le cas de tensions familiales non dites ouvertement, il peut arriver que les adolescents deviennent des « enfants symptômes », c’est à dire qu’ils cherchent inconsciemment à détourner les conflits internes à leur famille en devenant le centre des problèmes. Ce peut-être par la dépendance aux Ipad et la résistance aux injonctions familiales.

  • Ils peuvent également trouver dans les supports numériques, un échappatoire à leur vraie vie, à leurs phobies, à leur timidité ou à une crainte de la compétition.
  • Lors de familles conflictuelles ou de séparations familiales avec tensions : l’utilisation de IPAD devient un refuge, un mécanisme pour éviter l’environnement familial et ses conflits.

Une autre difficulté provient du fait que les ados sont tellement fascinés par les écrans, helas chronophages, qu’ils  ne s’ennuient jamais, ne prennent plus le temps de rêver ni de penser passer à une autre activité.

D’autre part, alors que les ados ont un gros besoin de sommeil (de huit à neuf heures), une étude, le Dr Claude Gronfier, neurobiologiste à l'Inserm démontre que les écrans crée une excitation peu propice à l’endormissement et provoque des effets retardateurs sur leur horloge biologique. S’ils utilisent un smartphone, un Ipad ou un ordinateur avant le coucher, la lumière des écrans entraîne une excitation psychologique.

Même la lecture d’un livre électronique peut provoquer les mêmes effets.

En conséquence, nous pensons que du fait que  les jeunes passent de plus en plus de temps sur les écrans risque d’entraîner :

  • des problèmes de concentration,
  • stress
  • irritabilité
  • troubles de l'attention,
  • et troubles du sommeil.

 

Si les ados ont accès au collège et au lycée à une pédagogie basée sur des tablettes électroniques, les parents et les enseignants devront les encadrer et veiller au contrôle du temps passé sur les écrans  et au bon usage qu’ils en font.

 

Ceci, aussi bien pour les problèmes de vision dûs au numérique que pour leur développement.

JEUNES ET DEPENDANCE :

Les jeunes ont tendance à la  dépendance.

Commencer une tâche et surfer sur écran peut-être sans fin.

Comme nous le disions, les addictions sont rares et  souvent les parents qui consultent ont simplement besoin d’être rassurés ou informés sur le sens que ces dépendance ont pour leurs enfants.

Ce peut être des élèves qui abusent lors de phases ou de contextes difficiles dans leur vie. Il suffit d’établir quelques règles et les choses pourront rentrer dans l’ordre.

 

MEME RARES, LES DEPENDANCES EXISTENT.

 

Même si elles ne sont pas toujours reconnues comme pathologiques car ce sont des addictions sans produits (différemment des toxicomanies ou de l’alcoolisme), elles sont définies comme des addiction comportementale. 

Le centre médical de Marmottan commence à recevoir dans quelques consultations d’addictologie, des personnes et notamment des jeunes dans le cadre de ces nouvelles dépendances, telles que celles à internet.

Les addictions comportementales, sont des conduites diverses et complexes touchant l’individu dans sa globalité somato-psychique, mais également dans son rapport aux autres.

A côté des formes classiques des addictions aux substances, comme la toxicomanie ou l’alcoolisme, une place de plus en plus importante est faite aux addictions « sans drogue ».

Ces addictions comportementales peuvent se définir comme le résultat d’un processus interactionnel entre un individu et un objet externe, banal, à disposition de tous.

Ce processus conduit à une dépendance principalement psychologique, en raison des effets qu’elle procure et des fonctions qu’elle remplit. Cette dépendance peut entraîner des conséquences négatives pour le sujet et son entourage.

L’on parle de pathologie lorsqu’elle les plaquettes envahissent l’existence de la personne qui n’arrive plus à s’intéresse à autre chose. Il désinvestit ainsi sa vie affective, relationnelle, sportive, familiale…

LES PRINCIPAUX SYMPTOMES DE L’ADDICTION COMPORTEMENTALE SONT:

  • Irritabilité ou colères parfois violentes quand les parents demandent d’interrompre les jeux. Ce peut aller jusqu’à des passages à l’acte violents.
  • Fatigue, yeux rouges Douleurs au niveau des épaules
  • Isolement : Incapacité pour eux, à réduire le temps du jeu. Ils décrochent de la vie familiale et sociale. Ils s’isolent.
  • Lorsque les plaquettes envahit le champ de tout autre jeu possible, lorsqu’il devient prioritaire et impérieux pour apaiser une tension
  • Ils jouent pour jouer, par besoin même sans plaisir.
  • Fascination par le jeu
  • Difficulté à se lever le matin
  • Bien sûr, baisse des résultats scolaires
  • Danger d’être plongé dans un monde parallèle
  • Lorsqu’il devient impossible de contrôler ce comportement
  • Poursuivre ce comportement même en connaissant les conséquences négatives

 

A ces symptômes s’ajoute le risque pour les jeunes de perdre les repères avec la réalité.

Nous parlons là des cas graves, en général les jeunes éprouvent du plaisir à jouer et savent se limiter dans le temps.

RECOMMANDATIONS

Si aux tablettes numériques s’ajoutent les jeux à la maison 

 

Parents et professeurs doivent rester attentifs et faire preuve de vigilance à la place que prend le numériques en tant que repères pour ces jeunes dans le développement psycho affectif. Leur attraction pour les écrans exige de leur apprendre à gérer le temps qu’ils leur consacrent et la sélection des contenus.

C’est aux parents de vérifier le temps que  leurs enfants passent à jouer sur les tablettes, en dehors de l’école, afin mettre les limites nécessaires.

Otez les appareils numériques le soir est indispensable à leur sommeil.

Pour être entendu par les jeunes, il faut trouver un compromis sur le temps raisonnable d’utilisation du numérique. (environ une heure par jour).

Mieux vaut discuter et trouver des compromis avec les jeunes, que d’interdire.  A l’adolescence, la transgression est une façon de s’affirme. Il faut éviter la confrontation.

Jouer à la maison avec les enfants permettra des moments de partage et la possibilité de mieux connaître ces jeux et échanger avec eux sur les risques et les limites à respecter.

Accompagner, conseiller, permettre une réflexion sur les contenus auxquels ils accèdent mais pour cela il faut disposer d’un minimum d’informations… et de pratique personnelle. D’où l’intérêt d’une formation des enseignants et des parents.

 

Le temps pour jouer ne peut commencer qu’une fois les devoirs terminés et varier avec la qualité du travail scolaire effectué.

 

Parents et enseignant doivent savoir repérer les conséquences et les symptômes  en lien avec des abus, afin d’intervenir au bon moment.

 

Les parents doivent parler avec eux, des risques de certains sites : parler de la pornographie, de la pédophilie, des harcèlements….


Articles similaires

Derniers articles publiés

Catégories

Mots clés